Tracey Moffatt
projection de films

Utilisant parallèlement la photographie, le film et la vidéo, Tracey Moffatt développe un langage artistique singulier en intégrant une qualité documentaire de l’image à l’artifice d’un décor de cinéma. Cette artiste australienne d’origine aborigène crée des scènes fortes, hantées, fugitives en s’attachant à scruter la condition humaine.


Night Cries : a Rural Tragedy, 1989


Nice Coloured Girls, 1987 (16’), explore avec audace l’histoire de l’exploitation des femmes aborigènes par les colonisateurs blancs. Night Cries : a Rural Tragedy, 1989 (17’), dépeint dans des couleurs intenses une femme aborigène accompagnant sa mère adoptive blanche dans ses derniers instants. La trilogie Bedevil, 1993 (90’), raconte des histoires de fantômes ; les personnages sont hantés, le passé resurgit, le réel vire au surnaturel, l’humour côtoie l’angoisse. La vidéo Heaven, 1997 (28’) est une collection de morceaux filmés rassemblés par l’artiste. Le sujet est ici un rituel typique de la culture de la plage en Australie : des surfers musclés troquent leur maillot de bain contre une tenue de ville, recouverts d’une serviette sommairement nouée autour de la taille...



Heaven, 1997

 

Tracey Moffat, née en 1960, vit à Sydney
Récemment, son travail a fait l’objet d’expositions personnelles notamment dans les institutions suivantes : Kunsthalle, Vienne ; Württembergischer Kunstverein, Stuttgart ; The Renaissance Society, Chicago ; Fundacio La Caixa, Barcelone ;
Dia Center for the Arts, New York. Night Cries : a Rural Tragedy et Bedevil avaient été présentés au Festival de Cannes.

Ce projet bénéficie du soutien de l’Ambassade australienne à Bonn et du Consulat général d’Australie à Genève.

   

expos
multiples
livres
textes
liens
soutiens
contacts
attitudes