"BRICOLAGES"

Pierre Bastien
Olivier Blanckart
Cécile Bonnet & Delphine Reist
Malachi Farrell
Hervé Graumann
Vincent Julliard
Kressig AG

Le Gentil Garçon
Mathieu Mercier
Joachim Mogarra
Hugues Reip
Pierrick Sorin
Cyril Verrier

 

Kunstraum Kreuzlingen
3 février - 18 mars 2001

Kunstmuseum des Kantons Thurgau Kartause Ittingen
3 février - 22 avril 2001

Shed im Eisenwerk (Projektraum) Frauenfeld
3 février - 24 mars 2001

"Bricolages" est une exposition répartie en trois institutions thurgoviennes dévolues entièrement
ou partiellement à la création contemporaine : le Kunstraum de Kreuzlingen, le Kunstmuseum du canton de Thurgovie à Ittingen et le Projektraum du Shed im Eisenwerk à Frauenfeld. À une époque où la technologie est omniprésente, où la surabondance de matériaux a érigé le recyclage en nécessité et où chacun peut créer sa petite entreprise dans son garage, il nous paraît passionnant de sonder ce que peut signifier la notion de bricolage dans le champ artistique contemporain.

Bricolage, un terme qui a longtemps traîné derrière lui - et c'est parfois encore le cas aujourd'hui - un sens péjoratif : on l'employait pour qualifier un travail de l'à peu près, vite fait, mal fait. Ceci jusqu'à ce que Claude Lévi-Strauss lui confère une nouvelle aura dans "La pensée sauvage" (1962), et c'est dans le prolongement de cette analyse que la notion de bricolage nous intéresse. Une représentation du monde où la figure du bricoleur, qui développe son activité par une pratique qu'il met au point lui-même, est en partie opposée à celle de l'ingénieur, dont le champ d'action résulte, lui, de l'application d'un savoir théorique. L'artiste, ajoute Lévi-Strauss, tient à la fois du savant et du bricoleur : avec des moyens artisanaux, il confectionne un objet matériel qui est en même temps objet de connaissance.

Aujourd'hui, l'être humain dispose de plus de temps libre, et de très nombreux outils et technologies lui sont facilement accessibles pour un usage individuel. La frontière entre activité professionnelle et hobby s'estompe, tant dans la durée du travail ou l'accès au matériel que dans le savoir-faire. Le do it yourself est un esprit d'entreprise qui motive des activités que tout un chacun peut développer à la maison (start up, home studio). Ces facteurs requièrent et en même temps favorisent une polyvalence dans la maîtrise des outils et des techniques.

Parallèlement, le recyclage de tous types de matériaux est devenu une nécessité tant écologique qu'économique. Le processus qui consiste à "faire du neuf avec du vieux" implique, notamment dans le champ des arts plastiques, à la fois un amour des matériaux, des connaissances techniques, une inventivité esthétique, en bref une volonté de (re)-création.

Nous tentons de mettre en valeur un point de vue qui ferait du bricolage un état d'esprit. Celui qui nous amène à essayer, explorer, improviser, même parfois inventer. Une disposition mentale qui ne débouche donc pas sur une pratique de l'à peu près, mais, bien au contraire, sur l'élaboration d'un savoir-faire avec lequel un individu constitue un univers singulier, son univers personnel. Les artistes que nous avons choisis construisent, déconstruisent, transforment des images, des objets, des structures, et développent une réflexion dans toutes sortes de domaines : de l'habitat à la condition humaine, de la musique au jeu, en passant par le corps humain ou l'environnement. Chacun pratique, à sa manière, une sorte de bricolage, que nous pouvons qualifier de technologie personnelle.

La plupart des artistes de l'exposition vivent en Suisse romande et en France. Cela, peut-être, pour donner l'occasion à une région - le nord-est de la Suisse - plus fréquemment tournée vers la création germanique et anglo-saxonne, de porter un autre regard sur les artistes francophones. Le notion - et la pratique - du bricolage ne sont certes pas propres à la francophonie, mais il nous semblait judicieux de rappeler qu'au-delà d'un cliché selon lequel les artistes francophones produisent souvent des œuvres liées à l'intellect, au textuel et au formalisme, nombre d'entre eux sont bel et bien des bricoleurs de première!

Jean-Paul Felley & Olivier Kaeser


Exposition réalisée avec le généreux soutien de:

Pro Helvetia
AFAA, Association Française d'action artistique
Ambasade de France en Suisse
Ville de Genève
Stadt Kreuzlingen
Kanton Thurgau Lotteriefonds
Thurgauer Zeitung
Schweizerischer Kunstverein - échanges
Videocompany Zofingen

 

Pierre Bastien
Concert solo avec des machines à sons construites en éléments Meccano dans une mise en scène comportant aussi des projections vidéo, pour le vernissage au Kunstmuseum / Kartause Ittingen, et présentation du CD-Rom "neuf jouets optiques" (2000) - une installation d'images et de sons à transformer à son gré - réalisé avec Karel Doing
.

Olivier Blanckart
"Family " est le portrait de groupe d'une famille pauvre générique. Cette sculpture inédite, réalisée en adhésifs et en mousse expansée d'après une photographie de Walker Evans de 1936 (in "Louons maintenant les grands hommes"), est installée au Kunstraum Kreuzlingen.

Cécile Bonnet & Delphine Reist
Installations éphémères, dans l'espace public, de plusieurs petites cabanes construites avec des matériaux de rebut. Au fur et à mesure de la disparition probable de ces abris rudimentaires, des photographies photocopiées attestant leur présence seront collées sur les sites concernés. Le projet est documenté au Kunstraum Kreuzlingen, et fait l'objet d'un insert quotidien pendant un mois dans le Thurgauer Zeitung.

Malachi Farrell
Coordonnée par un détecteur de présence et un ordinateur, l'installation "Fish Flag Mourant (Black Kettle)" (1998) met en scène, autour d'un bassin, un ballet macabre de poissons métalliques articulés qui dénonce avec une énergie crue la pollution générale de l'environnement. Elle est présentée au Kunstmuseum - Kartause Ittingen.

Hervé Graumann
À partir de photographies prises sur le site de la chartreuse d'Ittingen, réalisation de films vidéo en 3D générés par ordinateur pour le Kunstmuseum - Kartause Ittingen, et écran de veille conçu spécialement pour son site www.kunstmuseum.ch, à partir de l'inventaire de la collection du musée..

Vincent Julliard
Performance pour le vernissage au Kunstraum Kreuzlingen, puis présentation de l'installation vidéo "Théâtre ORL" (1998-99), où l'artiste apparaît comme l'homme orchestre de son travail. L'intérieur de sa bouche devient la scène d'un spectacle burlesque où des personnages étranges descendent des cieux ou surgissent des fumigènes.

Kressig AG
Improvisations in situ à base d'objets hétéroclites dans des espaces allongés, notamment "N 47° 33' 40" - E 8° 53' 38"" dans les deux salles du Projektraum au Shed im Eisenwerk - Frauenfeld et "N 47° 35' 04" - E 8° 52' 00"" dans une cour extérieure au Kunstmuseum - Kartause Ittingen.

Le Gentil Garçon
" Le spécialiste du rayon jardinage, premier contact. - Bonjour, j'aimerais avoir un renseignement sur les pompes hydrauliques s'il vous plaît. - Oui bien sûr, suivez-moi. C'est pour quelle utilisation ? - Euh, c'est un peu spécial, en fait c'est pour une expo, enfin pour une sorte de sculpture… - Non mais faut pas croire que je passe ma vie dans ce magasin ! Ça m'arrive aussi d'aller au musée des fois. Je vois bien le genre de trucs que vous allez faire. " (LGG).

Mathieu Mercier
Dans l'entrée du Kunstraum Kreuzlingen, une structure construite avec des éléments modulaires est utilisée comme mobilier pour l'accueil des visiteurs, la présentation de documentation et de vidéos sur moniteurs. Ailleurs, un module électrique côtoie la maquette d'une maison transformée, une palette de stockage recréée ou encore un schéma qui catégorise les activités de loisir.

Joachim Mogarra
"Les images du monde" (1983-85), courtesy Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris. Accrochage au Kunstmuseum - Kartause Ittingen d'une sélection de photographies noir/blanc : la série complète "sans titre (J'ai acheté une voiture " (1981) ; dix "Images du monde" (1983-85), et trois "Lieux de la foi" (1986).

Hugues Reip
Dispositif réalisé spécialement pour une salle (ancienne cellule de moine) du Kunstmuseum - Kartause Ittingen, composé d'une bande son "…knock, knock, knocking on heaven's door…" de Bob Dylan rechanté a capella par SPLITt (Hugues Reip et Jacques Julien) -, ainsi que d'une projection vidéo où l'on voit l'ombre de l'artiste défonçant une porte. Insert dans le Thurgauer Zeitung.

Pierrick Sorin
Au Kunstraum Kreuzlingen, installation vidéo "Pierrick coupe du bois" (1997), composée de deux moniteurs et d'un miroir sans tain placés dans une construction. On y voit Pierrick sciant une planche en la tenant entre les jambes, filmé par un acolyte qui maintient l'autre extrémité du bois, et, simultanément, le visage de Pierrick imprégné de souffrance et d'extase provoquées par les vibrations de la planche.

Cyril Verrier
La série "Les casques" (2000-2001), dans différents états de leur réalisation : dessins, images numériques, moules, maquettes, et casques colorés, réalisés principalement en fibre de verre et silicone. Sur un moniteur, sélection de vidéos récentes, au Kunstraum Kreuzlingen. La série "Les casques" peut être réalisée notamment grâce à un soutien de l'Etat de Genève.

     

 

 

expos
multiples
livres
textes
liens
soutiens
contacts
attitudes