Cécile Bonnet & Delphine Reist
(CH, nées en 1967 et 1970, vivent à Genève)
Retour à Bricolages

- Installations éphémères de cabanes dans l'espace public
- Cabane avec documentation sur le projet au Kunstraum Kreuzlingen
- Insert sous forme de petites photographies noir/blanc, pendant un mois, dans le quotidien Thurgauer Zeitung.

Lieux d'interventions
Kreuzlingen, Ittingen, Frauenfeld et Thurgauer Zeitung

Cabane construite à proximité de la Chartreuse d'Ittingen, 2001
(photo: Markus Landert)


Repères biographiques
Travaillent en commun depuis 1999

Expositions en commun
2001 "Bricolages", curateur :attitudes ; Kunstraum Kreuzlingen, Kunstmuseum des Kantons Thurgau, Ittingen, Shed im Eisenwerk, Frauenfeld / 2000 La Nouvelle Galerie, Grenoble Cécile Bonnet - Expositions collectives : 1999 "Le Bœuf sur le Toit", Lons-le-Saunier / "Kit 2000"

Performances
Morphingeneva, Genève / 1998 Piano Nobile, Genève / 1997 Mire, Genève

Delphine Reist - Réalisations personnelles
2000 Mire, Genève (exposition) / 2000 / Résidence au Brise-Glace, Grenoble / 1999-2000 commande publique 1% culturel, Université La Tronche, Grenoble / Edition "Les chaussons des Arnolfini, Trois points de vue sur la perspective", 1998

Expositions collectives
1999 FCDAV, Halle 2B, Genève / 1998 "Bourses Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland", Halle de l'Ile, Genève / 1997 La BF15, Lyon / "Festival pour l'Europe", Place des Nations, Genève

Notes sur le projet pour "Bricolages"
Installation éphémère d'une trentaine de petites cabanes dans l'espace public. Ces abris rudimentaires jalonneront les trois lieux de la manifestation. Ils seront installés dans les villes de Kreuzlingen et de Frauenfeld de manière à ce qu'elles contrastent avec l'architecture pérenne, ainsi que sur le site de Warth.
Ces constructions provisoires sont faites de déchets de chantier : planches, barrières, tôle ondulée, isolation, toiles bitumées, bâches…
De par leurs matériaux et leur forme, elles s'apparentent aux cabanes des jardins ouvriers et aux constructions enfantines. Leurs dimensions seront inférieures à 2m x 2m. On ne pourra à priori pas entrer à l'intérieur.
Au fur et à mesure de la disparition naturelle de ces cabanes, des affichettes comprenant la photographie de la cabane dans son environnement les remplaceront. Chaque jour, durant un mois, le Thurgauer Zeitung accueillera dans ses colonnes une image d'une des constructions dans son environnement, avec la mention de sa localisation. Une plus grande cabane sera construite dans le Kunstraum Kreuzlingen. Des photos, des affichettes et d'autres documents sur le travail y seront présentés.
Par ces installations utilisant les déchets de la construction durable et se plaçant dans des espaces non prévus pour les accueillir, nous désirons proposer une micro architecture et une appropriation de l'espace public opportuniste et volontairement ingénue en regard à la législation. N'en déplaise aux amateurs des programmes architecturaux, nos "verrues", petit plaisir de l'inachevé et de la construction spontanée, mettent en avant la richesse esthétique de l'état transitoire citadin.
Ces interventions ont l'intention d'intriguer, voire d'inquiéter le paysage familier. C'est pourquoi nous ne désirons pas particulièrement demander d'autorisation officielle auprès des autorités compétentes, mais nous préférons que nos constructions soient livrées au processus normal de la dégradation : récupération éventuelle des matériaux par les passants ; passages de la voirie ; interrogations des habitants face aux constructions non autorisées.
Cécile Bonnet et Delphine Reist