Absalon

vernissage le samedi 16 juillet 1994, dès 17 heures

du 16 juillet au 21 août 1994
du jeudi au dimanche de 16 à 20 heures
et sur rendez-vous

 

Dans les oeuvres de Fabrice Gygi - à l'exception de ses performances - la présence humaine reste implicite. Elle est par contre constante dans les vidéos d'Absalon. La salle blanche de Propositions d'habitation (1991), est occupée par sept volumes à la géométrie stylisée. Un homme également vêtu de blanc y évolue mécaniquement, et adopte les différentes postures que lui dicte cet étrange mobilier. L'atmosphère aseptisée de cet habitat minimal évoque un environnement clinique, irrespirable, ou une capsule de cosmonaute. Elle fait aussi de l'acteur un élément de sculpture évoluant en harmonie avec l'espace et ses volumes.

Absalon, Bataille, 1993 (loop), extrait


Dans Bataille (1993), l'artiste boxe dans le vide, indéfiniment, un adversaire invisible. Lutte désespérée contre des forces maléfiques, ou danse frénétique. Ici encore, il est question de rébellion. Rébellion contre le système, mais aussi, sans doute, contre l'évolution inexorable de sa maladie.

Absalon, Propositions d'habitation, 1991 (3'30'')
Absalon, Solutions, 1992 (3')

Solutions ( 1992) met en scène Absalon lui-même, dans un espace confiné qui pourrait être celui d'une cellule monacale ou carcérale. L'artiste, seul, effectue une série d'actions élémentaires de la vie quotidienne: se nourrir, réfléchir, se masturber, se laver, dormir. Autant de propositions qui pourraient constituer les éléments d'un "vocabulaire de base" de la survie, dépouillé de tous les artifices de notre comportement social.

Absalon, Assassinats, 1993 (loop)

Assassinats - dernière vidéo réalisée par Absalon avant son décès en 1993 - nous présente quatre meurtres commis au couteau, en quatre brèves séquences où rien n'est vraisemblable. L'acte de tuer comme celui de mourir apparaissent comme une authentique mascarade. Il est pourtant question de mort, et de mort seule. Cette bande nous raconterait-elle alors que toute notre existence, jusqu'au dernier acte, ne serait qu'un jeu de rôles dont l'issue nous échappe?


Absalon
(1964 Tel-Aviv - 1993 Paris)

expositions personnelles
1994 attitudes, Genève, (avec Fabrice Gygi) / Galerie Crousel-Robelin/BAMA / Paris De Appel, Amsterdam / Dispositions, Château d'Aulteribe, Sermentizon / Bruits, Chisenhale Gallery, Londres / Carré d'Art, Nîmes / Kunstverein, Hambourg / 1993 ARC, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris / Carmelitenkloster, Francfort / Galerie Luis Campana, Cologne / 1992 Musée d'Art de Tel-Aviv / Galerie Etienne Ficheroulle, Bruxelles / 1991 Künstlerhaus, Stuttgart / Kulturbehörde, Hambourg / Atelier Kasematte 7, Hambourg / 1990 Galerie Aoka, Jérusalem / Cellules, Galerie Crousel-Robelin/BAMA, Paris

expositions collectives
1994 Même si c'est la nuit, CAPC, Bordeaux / Bifurcations, Centre d'Art Contemporain, Meymac et Musée des Beaux-Arts, Dôle / Hors limites, Musée National d'Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris / 1993 Nos rêves façonnent le monde, Cimaise & Portique, Albi / Le milieu du monde, Actes-Sud, Sète / L'image dans le tapis, Biennale de Venise / De la main à la tête, l'objet théorique, Domaine de Kerguehennec / Hotel Carlton Palace, Chambre 763, Paris / Lieux de la vie moderne, Le Quartier - Centre d'Art Contemporain, Quimper / 1992 Documenta 9, Kassel / Caisse des Dépôts et Consignations, Paris / 3e Biennale Internationale, Istanbul / 1991 Mouvements 1 et 2, Musée National d'Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris / Collection, CAPC, Bordeaux / 1990 Ligne de mire, Fondation Cartier, Jouy-en-Josas / Musée Sainte-Croix, Poitiers / Le Cinq, Tramway, Glasgow / FRAC Pays de la Loire, Clisson / 1989 Sous le soleil exactement, Villa Arson, Nice / Carte blanche à Jean de Loisy, CREDAC, Ivry-sur-Seine / 1988 Octobre des Arts, Lyon / 1987 Villa Alésia, Paris