Multiplicity
Solid sea 03 : The Road Map

dans le cadre de la 10e Biennale de l'Image en Mouvement
du Centre pour l'Image Contemporaine, Saint Gervais Genève

du 7 novembre au 20 décembre 2003
vernissage le vendredi 7 novembre dès 20 heures
exposition ouverte du mercredi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous

 


Multiplicity, Solid Sea 03 : The Road Map - Sampling (wallpaper), 2003

Pour la cinquième fois consécutive, attitudes est partenaire du Centre pour l'image contemporaine à l'occasion de sa 10e Biennale de l'Image en Mouvement. Comme la thématique du "politique" constitue l'orientation principale de cette biennale, nous nous sommes concentrés sur le travail de Multiplicity, un collectif italien basé à Milan, qui se définit comme une agence d'investigation territoriale. Actif dans les domaines de l'urbanisme, de l'architecture, des arts visuels et de la culture en général, Multiplicity initie et développe des projets dans différentes parties du monde. Ce collectif tentaculaire est constitué d'architectes, de géographes, d'artistes, d'urbanistes, de photographes, de sociologues, d'économistes, de cinéastes, etc.

L'œuvre présentée dans notre espace, Solid Sea 03 - The Road Map, rend compte d'une expérience menée dans la région de Jérusalem. Des membres de Multiplicity ont effectué deux parcours quasi similaires, respectivement avec une personne munie d'un passeport israélien et avec une autre personne de nationalité palestinienne. La durée du premier parcours est d'une heure, alors que le second trajet dure plus de cinq heures. Ces déplacements en taxi mettent en évidence l'incroyable enchevêtrement de zones, de frontières, de postes de contrôle qui font de cette région du monde l'une des plus problématique à vivre au quotidien.


Solid Sea 03 : The Road Map
autoroute 60 entre Hebron et Jérusalem

Solid Sea 03 : The Road Map
interruption de route et changement de taxi à Abu Dis

Les territoires d'Israël et de Palestine sont aujourd'hui un laboratoire du monde. La Cisjordanie en particulier est une région où, sur peu d'hectares, se concentre un nombre impensable de frontières, de barrières, de clôtures, de postes de contrôle. Les 13 et 14 janvier 2003, nous avons essayé de mesurer, munis de nos passeports européens, la densité de ces dispositifs sur le territoire de Jérusalem. Le 13 janvier, nous avons traversé l'autoroute 60 qui part de la colonie de Kiriat Arba jusqu'à celle de Kudmin, accompagnés d'une personne qui avait un passeport israélien. Le jour suivant, nous sommes partis de la ville d'Hébron pour aller jusqu'à Naplouse, avec une personne possédant un passeport palestinien.
Les deux routes commencent et finissent toutes les deux sous la même latitude et se croisent à certains endroits. Cependant, la durée de ces deux trajets est profondément différente : le voyageur israélien mettra environ 1 heure alors qu'il faudra 5 heures et demi au voyageur palestinien. Les territoires de Cisjordanie sont divisés en 3 zones : la zone A est sous contrôle militaire et administratif palestinien. La plupart des villes palestiniennes en font partie. La zone B est sous contrôle militaire israélien mais sous le contrôle administratif de l'autorité palestinienne. La majorité des villages palestiniens en font partie. La zone C enfin, est sous contrôle militaire et administratif israélien. Les colonies juives y sont implantées. Ce découpage crée un territoire "peau de léopard" où les trois zones se croisent sans aucune logique apparente.
La différence du temps nécessaire pour traverser ces deux routes s'explique par le fait que les voyageurs israéliens peuvent prendre, pour aller d'un point à l'autre, les déviations : ce sont des nationales - avec des tunnels et des passages en hauteur - qui relient les colonies en contournant les villages palestiniens. Par contre, les voyageurs palestiniens qui veulent se rendre d'un endroit en zone A à un autre toujours situé en zone A devront passer par la zone B ou C, sous contrôle israélien, et ils devront traverser un grand nombre de postes de contrôle, permanents ou temporaires, où essayer de les éviter. Ces postes de contrôle, situés le long de la "Ligne verte" qui traverse les territoires israéliens et la Cisjordanie, mais aussi les bords de Jérusalem Est, ne peuvent être franchis par les personnes qui ont un laissez-passer provenant de l'autorité palestinienne, à moins qu'ils ne soient aussi munis d'une permission spéciale provenant du gouvernement israélien. Les autres points de contrôle sont chaque jour activés et changés selon les directives de la sécurité israélienne. (Multiplicity)


Solid Sea 03 : The Road Map, trajet des deux taxis

Solid Sea 03 : The Road Map est un projet de Multiplicity : Stefano Boeri, Maddalena Bregani, Marco Gentile, Maki Gherzi, Matteo Ghidoni, Sandi Hilal, Isabella Inti, Francesco Jodice, Anniina Koivu, John Palmesino, Alessandro Petti, Cecilia Pirovano,Salvatore Porcaro, Francesca Recchia , Eduardo Staszowski, Kasia Teodorczuk.
Solid Sea 03 : The Road Map fait partie de la recherche Border-device(s), développée par Multiplicity avec : Domus Academy, Milan (Emilio Genovesi, Federica Pastonesi); le cours d'administration et design urbains (Selim Salah, Ivano Katuric, Robby Surya); le Berlage Institute, Rotterdam, atelier de second cycle 2003 (Veronica Acros Lagos, Noah Haim, Kiwoong Ko, Monica Villate + Sannah Belzer, Yuki Hashiba, Constanze Hirt, Jung-Jae Lee, Hui-Hsin Liao, Olga Skaba).
Avec les contributions de : Kunst Werke, Berlin ; Accademia di Architettura di Mendrisio, Cours de culture du territoire 2002-2003, 3e année; IUAV Venezia, Laboratoire de projets urbains, 2002-2003, 3e année
Remerciements à : Jeff Alper, East News Photo Agency - Warsawa, Africa'70 - Maurizio Caffarelli, ASF - Filippo Mascaretti, Hariklia Hari, Laura Trombetta Panigadi, Filippo Poli, Federico Zanfi.

Multiplicity est une agence d'investigation territoriale basée à Milan. Multiplicity s'occupe d'urbanisme contempo-rain, d'architecture, d'arts visuels et de culture générale. Multiplicity analyse l'environnement physique, en recher-chant les indices et traces produites par de nouveaux comportement sociaux. Multiplicity lance et organise des projets dans différentes parties du monde. Multiplicity est un réseau en état de changement permanent, recruté dans diverses zones géographiques d'intervention. Ce réseau de recherche est formé d'architectes, de géogra-phes, d'artistes, d'urbanistes, de photographes, de sociologues, d'économistes, de cinéastes, etc. Multiplicity projette et produit des installations, des stratégies d'intervention, des workshops et des livres sur les processus récents et cachés de transformation de la condition urbaine.
Actuellement, le réseau Multiplicity compte environ 80 chercheurs engagés sur 3 projets principaux : USE - Uncertain states of Europe (Bordeaux, 2000 ; Bruxelles, 2001 ; Tokyo, 2001 ; Perth, 2002 ; Milan, 2002) ; Solid Sea, une étude de la Méditerranée présentée à Documenta 11, 2002 et Border-Device(s), une recherche sur la prolifération des frontières controversées dans le monde contemporain (Kunstwerke, Berlin, 2003 ; Biennale de Venise, 2003 ; Musée d'art moderne de la ville de Paris, 2003).
Quelques autres projets récents : Tokyo Voids (Tokyo, 2002), The Chinese Connection (Perth International Arts Festival, 2002) et Space World - a Void workshop (CCA Kitakyushu, 2002).
Quelques publications : Mutations (Arc en rêve, Bordeaux et Actar, Barcelone, 2001) ; Mutations (TNProbe, Tokyo, 2000), Geografie und die Politik der Mobilität (Generali Foundation, Vienne, 2003), USE Uncertain states of Europe (Skira, Milan, 2003).
Multiplicity fera partie d'une exposition sur le thème de la neutralité à Fri-Art, Fribourg, en été 2004.

www.multiplicity.it
www.borderdevice.org



L'exposition Solid Sea 03 : The Road Map de Multiplicity est réalisée grâce au soutien du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC).

Pour sa programmation 2003, attitudes bénéficie du soutien de l'Office Fédéral de la Culture, du Pour-cent culturel Migros et de l'entreprise Rampini Construtions. Le quotidien Le Temps et Imaginer Software - l'alternative informatique sont partenaires d'attitudes.

Vous pouvez également apporter votre soutien aux activités d'attitudes et recevoir le journal d'attitudes en adhérant à l'association des amis d'attitudes.