Truffes de Chine

Alain Bublex - Eugène - Hoio
William Karel - Janice Kerbel
Hans-Peter Litscher - Marco Poloni
Monica Studer & Christoph van den Berg
Le Temps

vernissage le vendredi 9 mai dès 18 heures

exposition ouverte du 9 mai au 5 juillet 2003
du mercredi au samedi de 15h à 19h
et sur rendez-vous

english text

soirées spéciales

Guide touristique de La Pamukalie
par Eugène
le jeudi 22 mai à 19 h

Eleonora Duse
et le poil roux de son kangourou

par Hans-Peter Litscher
le jeudi 5 juin à 19 h

Opération Lune
projection du film
et rencontre avec William Karel
le jeudi 26 juin à 21h30



Santa Lemusa - Hoio

"Ces informations sont à considérer avec la plus grande prudence". "On ne sait ni quand, ni où ces images ont été tournées". Ce genre de mises en garde est de plus en plus fréquent dans les médias et en particulier lors de situations de guerres et de conflits qui, aujourd'hui, sont relayées par un flux d'informations en continu. Cependant, l'information immédiate est également celle qui est la plus facilement manipulable. Que sait-on vraiment d'une guerre quand l'information est en partie contrôlée par les belligérants ? On peut même se demander si la sous-information et la sur-information n'aboutissent pas au même "résultat" : la désinformation.

L'histoire a toujours été écrite avec des ratures, des approximations et des modifications. Il arrive que des informations fausses fassent la "une" des médias, malgré leur vigilance. Il se peut aussi que des documents restent en partie mystérieux et obligent une intense utilisation du conditionnel ou que des nouvelles importantes soient délaissées notamment à cause d'un manque d'images.


Vue d'ensemble de l'exposition

"La télévision informe en déformant ou, plus exactement, elle informe en construisant son propre réel." (1) En effet, la réalité est une notion subjective et perméable. Plusieurs réalités coexistent, légitimées par des témoignages, des documents ou des croyances. Truffes de Chine est une manifestation qui tente de sonder différents aspects tant de la réalité que de la fiction, puisque ces deux notions s'interpénètrent davantage qu'elles ne s'opposent. Au cœur de ce mélange qui touche tous les domaines, il y a le document, et à l'ère de "la photographie démocratique", le principal type de document, c'est l'image.

L'image, c'est également la matière première des artistes qui en proposent de multiples usages. Les œuvres rassemblées dans l'exposition sont constituées en majorité de documents et de photographies noir/blanc, qui évoquent fortement des images d'archives, telles qu'on peut les trouver dans la presse ou dans des ouvrages scientifiques. Elles jouent des codes esthétiques et référentiels de certains types de documents, et elles activent le potentiel de sérieux et de fiabilité que ceux-ci véhiculent. Elles interpellent le spectateur au niveau de son imaginaire, dans un sens que nous espérons stimulant et ouvert bien au-delà du cadre de l'exposition. "Car toute fiction joue avec la foi du spectateur, mais l'éduque également au scepticisme, l'initie à un doute salvateur en matière de vigilance face aux entreprises de propagande ou de désinformation. Bref, la fiction forge les esprits critiques." (2)


Vue d'ensemble de l'exposition

Et la truffe dans tout ça ? Lorsqu'on évoque la truffe, on pense avant tout à la précieuse truffe noire du Périgord (Tuber melanosporum Vitt ou Tuber nigrum Bull) ou encore à la savoureuse truffe blanche d'Alba (Tuber magnatum Pico), mais certainement pas à la Tuber Indicum Cooke et Massée, plus communément appelée truffe de Chine. Elle est pourtant bien réelle cette truffe de Chine, et il paraît qu'elle est même bien plus fréquente dans les assiettes que sa fameuse cousine du Périgord. Visuellement, rien ne distingue la truffe du Périgord de la truffe de Chine. Les deux existent, les deux sont vraies. La différence est ailleurs.

Jean-Paul Felley & Olivier Kaeser

1 - Patrick Chareaudeau et alii, "La télévision et la guerre. Désinformation ou construction de la réalité.", INA-De Boeck Université, Paris, 2001, cité dans un article de Nancy Dolhem paru dans Le Monde diplomatique, juillet 2001, p.27
2 - Richard Leydier, Des histoires ordinaires et extraordinaires, préface à artpress, hors série, Fictions d'artistes, Paris, avril 2002.




L'exposition Truffes de Chine a pu être réalisée grâce au soutien du Département de l'Instruction Publique de l'Etat de Genève. L'œuvre de Marco Poloni a été coproduite par le Fonds cantonal d'art contemporain (Genève). La participation de Janice Kerbel à l'exposition a reçu le soutien du British Council.
Nous remercions tout spécialement le Centre pour l'image contemporaine, le Mamco et des collectionneurs genevois pour la réalisation des nouvelles oeuvres de Alain Bublex; ainsi que la rédaction du quotidien Le Temps, en particulier à Lorette Coen et à Elisabeth Chardon.

Pour sa programmation 2003, attitudes bénéficie du soutien de l'Office Fédéral de la Culture, du Pour-cent culturel Migros et de l'entreprise Rampini Constructions. Le quotidien Le Temps et Imaginer Software - l'alternative informatique sont partenaires d'attitudes.